Journées européennes du Patrimoine
17 juin 2017
Pour la deuxième année consécutive, Caillac Patrimoine et Ruralité a organisé le samedi 17 juin 2017 la journée de la fraise, en souvenir du temps où la culture de la fraise avait sauvé l'économie de la vallée du Lot.

La culture de la fraise fut introduite à Caillac en 1903. Les alluvions anciennes qui recouvrent une grande partie de la commune forment un terrain idéal pour les fraisiers et en particulier pour la première variété qui fut cultivée : la Vicomtesse Héricart de Thury.

Au lendemain de la première guerre mondiale, Caillac est devenue la capitale de la fraisiculture dans la vallée du Lot : les fraises des différentes communes étaient acheminées grâce aux petites gares de la vallée, à la gare d'Espère-Caillac qui permettait des envois directs dans la journée vers les Halles centrales de Paris. L'entre-deux-guerres fut une période de prospérité pour Caillac comme en témoignent les nombreuses maisons construites ou agrandies à l'époque. Toutes les familles de la commune se mirent à cultiver l'Héricart ou de nouvelles variétés de fraisiers, pour faire des expéditions aux mandataires parisiens.

La Seconde guerre mondiale marqua un net repli de la fraisiculture dans la vallée. Mais après guerre, les expéditions reprirent et donnèrent lieu à un deuxième âge d'or de la fraise dans les années 1950 : pendant un mois, un train complet chargé de fraises partait de la gare d'Espère-Caillac vers la capitale ou l'Angleterre. Au cours des années 1960, la production de fraises chuta, de nombreux agriculteurs se tournant vers d'autres cultures. Caillac fut une des dernières commune de la vallée du Lot a rester fidèle aux fraises (grosses ou des bois) : la commune comptait encore une dizaine de producteurs dans les années 1970 et il fallut attendre les années 1990 pour que la fraisiculture y disparaisse.


matériel pour la production, la récolte et l'expédition des fraises

Les fraises étaient synonymes de richesse pour les producteurs, d'emplois à travers les centaines de fraiseuses embauchées pour la récolte, et de fêtes. Durant le mois de la saison des fraises, Caillac vivait au rythme des " 5 bals " par semaine organisés par les cafetiers sur la place de Lacroix : les 300 fraiseuses de la commune attiraient de nombreux jeunes hommes de toute la région, donnant lieu à autant de rencontres…

 

le tonneau à fraisiers de J.B.

****

Trois nouveaux interviewes d'anciens qui ont été jeunes dans les années 60-70 :

Retrouver les interviewes de 2016 :

Le charme rétro des documents anciens :photos et films anciens extraits des archives du théatre de "L'échappée belle" et portant sur la fraise à Caillac.

La boucle de 3.9 km sur les lieux où la fraise était cultivée : carte et vidéo

Un résumé photos-vidéos de la journée :

Télécharger une serie de documents sur l'historique de la fraise dans le Lot : Clic (ICI) format .doc de word

(document de 15 pages)


Retour sur la page de 2016 : (ICI)