Journée européenne du Patrimoine à Caillac (46140)
du 19 septembre 2015
 

Carte de la randonnée du samedi 19/09/2015

Les croix des ROGATIONS à Caillac et autres édifices religieux

Télécharger le fichier gpx de la trace:

 G.P.S

46--patrimoine-sept-2015-Caillac-2015-09-19.gpx

clic droit et faire enregistrer sous ... xxxxxxx.gpx

si l'extension xml est proposée, la remplacer par gpx

Les utlisateurs de Garmin etrex limités à 500pts doivent utiliser la fonction filtrer de Mapsource ou la fonction réduire - virages les plus forts - de Cartoexploreur voir MODE D'EMPLOI ou le logiciel gratuit wingdb3

Avertissement

Si vous faites une rando en utilisant ce fichier gpx, l'association Rando-Caillac décline toute responsabilité et ne saurait être en aucun cas responsable des aléas consécutifs à l'une de ces randos, quels qu'ils soient.

La localisation des croix

 

Les Rogations

La fête des Rogations fut instituée, en 474 par saint Mamert qui fut évêque de Vienne dans la vallée du Rhône, pour protéger les récoltes. Dès le concile d'Orléans en 511, cette pratique se répandit dans tous les territoires reconnaissant l'autorité de Clovis. Au IXème siècle, les processions des Rogations étaient organisées dans tout l'Occident.
Le dimanche avant l'Ascension se nommait " dimanche des Rogations " tirant son nom du verbe demander : rogare en latin qui apparaissait dans l'évangile lu ce jour là (Jean 15, 7 : " demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé "). Ce dimanche marquait le début d'une période de jeûne pour se préparer à la fête de l'Ascension et d'une période de trois semaines pendant lesquelles il était interdit de célébrer les mariages. Des processions étaient organisées à travers champs et les prêtres s'arrêtaient à certaines stations marquées par des croix pour bénir les cultures.

A Caillac, les trois jours précédant l'Ascension, le prêtre dirigeait la procession des Rogations : à travers champs, cette procession s'arrêtait à des croix pour les bénir et ainsi implorer la protection de Dieu sur les cultures. Cette procession a été organisée jusqu'à la fin des années 1960.

 

Voici, d'après les témoignages des participants, l'itinéraire emprunté par la procession des Rogations à Caillac:

 

Première matinée : Mas de Laroque et Lacroix

 

Début à la croix de la Pointe : à l'origine croix en pierre dans la maçonnerie du mur de la grangette construite vers 1880, recouverte dans les années 1950 par l'actuelle croix en béton et son Christ en métal. Extrait du registre de comptes de Pierre Périé : " Compte de Bertrand maçon. Reçu le 16 septembre demi-journée (de travail), le 17 septembre une journée, le 26 novembre une journée, pour faire la Croix en 1881, au moyen de lui prêter le cheval trois fois. "

Deuxième étape, celle de Lagrézette (cette croix en pierre possède une petite niche où se trouvait une petite statue de la Vierge). Cette croix semble très ancienne et devait se trouvait à un autre endroit comme en témoigne les trous à l'arrière qui semblent avoir servi à l'accrocher contre un mur. Elle fut installée à cet emplacement lors de la création de la nouvelle allée du château vers 1860. Anecdote : plusieurs petites statues en bronze de la Vierge y furent volées.

Puis, celle (disparue) du Cuvier : sur un muret, croix en pierre qui a été cassée dans les années 1970 (des restes sont encore visibles). Cette croix servait à délimiter un angle de la Réserve de la seigneurie de Lagrézette (délimitée par le passage des tourelles et la route du Mas de Laroque et la route des vignes vieilles) que l'on appelait le domaine de Lagrézette. Les habitants des quelques maisons dépendant de cette seigneurie devait fleurir la croix du cuvier.

 

 

(photo : le carrefour où se situait la croix disparue)

La croix de la rue Robert Daroux : croix en fer forgé scellée avec du plomb dans une pierre dépassant du mur. Autrefois ce carrefour était très important car avant 1770 l'allée du château Lagrézette y aboutissait et une croix y était érigée pour borner la limite entre la seigneurie de Laroque et celle de Lagrézette (cette limite était formée par l'actuelle rue Robert Daroux puis rejoignait la croix suivante par la route de Mas de Laroque).

Celle du carrefour de la route du Mas de Laroque avec la route des vignes vieilles : petite croix en fonte sur un muret. Une colombe apparait au centre de la croix et en dessous un calice surmonté d'une hostie. Cette croix servait à délimiter la seigneurie de Lagrézette.

La croix du château de Laroque (croix érigée en 1950 sur un des anciens piliers du pigeonnier du domaine, transporté là pour servir de socle : le maçon qui fit les travaux était Edouard Roubert). Le château possède une chapelle, mais pour les Rogations avant 1950 il fallait aller à cette du carrefour.

Enfin la croix des missions de Lacroix : à l'origine croix en pierre érigée sur un socle en pierre à l'occasion d'une Mission en 1897 (date peu lisible), cette croix était implantée à l'angle du jardin de la maison Bessières (la route a aujourd'hui remplacée ce jardin, laissant la croix au centre du carrefour). Une croix existait déjà à cet emplacement dans les années 1860, comme en témoigne une facture d'un maçon payée par la fabrique pour la réparer. La pierre tendre de la croix de 1897, a gelé vers 1940. En 1949, une Mission eut lieu à Caillac, au cours de laquelle, on mit en place l'actuelle croix en béton : le 6 mars 1949 le conseil municipal "décide de recevoir Monseigneur Chevrier, évêque de Cahors, se rendant dans la commune à l'occasion d'une Mission " .

 

(Jusqu'en 1894, la procession des Rogations devait également aller au hameau de Cessac de la commune de Douelle car il faisait partie de la paroisse de Caillac)

 

Deuxième matinée : Mas Viel et Largueil

 

Il existe une croix en fonte sur socle en pierre à côté de l'ancienne remise à corbillard : il s'agit sans doute de l'ancienne croix de rogations du Mas de l'église qui fut déplacée lors du dernier agrandissement du cimetière en 1902. Le motif représente un ange au pied de la croix.

 

(Un témoignage nous signale qu'il y aurait eu une croix à la fontaine avant qu'elle laisse place à l' " abreuvoir-lavoir " en béton vers 1928.)

Croix sur la place du Mas Viel (aujourd'hui disparue) : croix en fer forgé sur un socle en pierre (socle visible mis sur le côté), elle se trouvait entre deux pieds de buis, à l'angle du mur où aboutissait le chemin de la colline. Cette croix devait servir de borne de seigneurie puisque son emplacement coïncide avec la limite entre la seigneurie de Crayssac et les seigneuries de Lagrézette et de Laroque. L'effondrement du mur a sans doute fait disparaître cette croix dans les années 1950 et le chemin fut par la suite aliéné à un particulier par la municipalité.

 

 

photo 1 : le socle

photo 2 : le mur où se trouvait la croix disparue

photo 3 : un essai de reconstitution

Puis la croix des Places : croix en pierre sculptée (trois cœurs rejoignant un cercle central) datée de 1784 sur un muret de pierres. Anecdote : le propriétaire actuel l'appelle " croix de Laporte " du nom d'un ancien propriétaire des places.

Et enfin la croix de Vidaillet : croix en fonte (à l'origine en fer forgé) sur un socle de maçonnerie (pierres et briques), restaurée et déplacée de quelques mètres en 1995. Le motif se compose d'un calvaire fleuri de chardons. Cette croix servait à délimiter la seigneurie de Langle depuis le XVème siècle. Les habitants du Mas Viel n'allaient pas au-delà de cette croix, laissant le prêtre partir seul à la station suivante.

Croix en haut de la côte de Largueil : croix en fonte avec un motif de lierre, sur un socle en pierre, elle fut souvent renversée par les camions, avant d'être réparée et déplacée lors de l'agrandissement du carrefour. Les habitants de Largueil attendaient le prêtre à cette croix.

Puis l'ancienne chapelle de Largueil (aujourd'hui disparue).

 

photo : l'emplacement de l'ancienne chapelle occupé par une bouche d'incendie

(Il existait une croix en crépi sur le mur de la grange Bosc qui fut remplacée par une croix formée de briques dans l'enduit actuel)

Puis la croix du centre de Largueil (à côté de l'oratoire) : croix en bois datant de 1952 (le menuisier qui la réalisa est M. Augustin Faille) avec un christ en métal, érigée par M. Constantin Nahirny.

 

photo 1 : l'oratoire et la croix cachée à droite

photo 2 : la croix

Il existait sans doute une dernière croix dans la côte menant à la Tuilerie (présence d'une pierre moulurée).

 

photo : l'angle du mur où se trouvait la croix disparue

 

Troisième matinée : Lapoujade, Langle et Chantelle

Croix sur la place de Lapoujade :(à l'origine, elle se trouvait au centre de la place à côté d'un mûrier) : Croix en fonte de grande dimension sur un socle en pierre, sur le socle apparaît l'inscription 1831. Cette croix est de style néogothique et a pour motifs : un calice surmonté d'une hostie, la face du Christ sur un linge (Véronique) ainsi que les clous de la Passion, des tenailles et un marteau.

Puis croix de Langle : (elle témoigne de l'ancien emplacement de carrefour) : croix en fonte (modèle fréquent dans la région) sur socle en pierre. Le motif représente un ange qui prie au pied du calvaire (Christ en croix) recouvert de lierre.

Puis croix des Ségaillères : croix en fer forgé (ouvragé avec un cœur au centre, mais avec des soudures à l'arc électrique qui témoignent d'un travail réalisé au XXème siècle) sur socle en pierre et ciment.

Et enfin croix de Chantelle : croix en fer forgé (fleur de Lys peut-être en relation avec l'opinion politique de M. Joseph Théron qui habitait Chantelle et fut maire de Caillac de 1831 à 1871) sur un muret. Un carrefour aboutissait autrefois à cette croix car la route menant au Lot passait à l'origine dans la cour de la ferme.

autres édifices religieux vus sur le circuit des Rogations

au château de Laroque : la chapelle

à La Croix, l'ancienne école "Le Couvent"

place de l'église : la croix de Mission

l'église de Caillac

La vidéo de la matinée

La vidéo de l'aprè-midi

 

 


à l'année prochaine !